Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Damien Ruliere

UberPOP : un clou dans le pneu des taxis

Ce lundi, le Gouvernement a annoncé que le service UberPop sera interdit à partir du 1er Janvier 2015. Déjà condamné, ce service répandu mais controversé met en relation des passagers et des automobilistes qui ne sont pas chauffeurs professionnels. La mobilisation des taxis n’en finit pas et la décision du Tribunal de commerce de Paris, vendredi, n’est pas prête de freiner leur action. 

En attendant l’entrée en vigueur de la loi Thevenoud qui encadre les activités de VTC et de taxi, le tribunal de commerce de Paris avait rendu une décision très positive pour la société américaine. Pourtant, l’offre payante de transports entre particuliers, UberPop sera suspendue à partir du 1er Janvier 2015.

UberPop met en relation des passagers et des automobilistes qui ne sont pas chauffeurs professionnels. Le tout pour un tarif très inférieur à celui des taxis, ou de leurs nouveaux concurrents, les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). A titre d’exemple, pour se rendre à l’aéroport de Roissy-CDG, une course avec UberPop vous coutera entre 30 et 40 €. Avec un taxi traditionnel, les prix sont entre 35 et 60 € suivant la voiture, le trafic, l’heure et surtout  le chauffeur.

En 2015, leur utilisation sera donc passible de deux ans de prison et d’une amende de 300.000 euros.

Suite à une plainte de la Direction de la concurrence (DGCCRF), Uber avait déjà été condamné à une amende de 100 000 euros par le tribunal correctionnel de Paris. Ce dernier a estimé qu’UberPop n’est pas, comme l’affirme la société américaine, du covoiturage urbain mais un transport réalisé à but lucratif.
Lancée à Paris en Février 2014, l’application accessible depuis son smartphone est interdite en Espagne mais aussi aux Pays-Bas. L’Inde a également suspendu toutes les sociétés de co-voiturage utilisant une application mobile. D’autres pays européens (Belgique, Danemark, Norvège) ont l’intention de saisir la justice face à un phénomène en pleine expansion.

Uber contre tous

Uber propose aux clients souhaitant effectuer de courts trajets, les services de chauffeurs amateurs, travaillant avec leur propre véhicule. Lorsqu’un chauffeur de VTC doit recevoir 250 heures de formation, un particulier peut arrondir ses fins de mois en conduisant pour UberPOP.
Des sociétés de véhicules de tourisme avec chauffeurs (ex : LeCab) ainsi que plusieurs associations de taxis estiment que cette application leur fait de la concurrence déloyale. Elles soulignent également qu’UberPop favorise le travail au noir en contournant la réglementation.
Des ennuis judiciaires qui n’empêchent pas la société américaine de soulever des fonds importants. Le géant chinois de l'internet Baidu a d’ailleurs annoncé qu'il allait effectuer un investissement "stratégique" dans Uber pour un montant de 600 millions de dollars.

 

 


Post navigation


Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *