Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Damien Ruliere

Loeb dévoile ses premières impressions au volant de la Peugeot 208 T16

 

Sébastien Loeb s’est mesuré à la 208 T16 Pikes Peak avec laquelle il disputera la plus haute course du monde le 30 juin prochain. Et le nonuple champion du monde des rallyes semble avoir trouvé l’arme absolue pour partir à la conquête des nuages. Reste à dompter et apprivoiser le fauve aux 875 chevaux ! En posant son hélicoptère au cœur de la piste ultra-sécurisée de La Ferté-Vidame, Sébastien Loeb pensait qu’il allait essayer une voiture. Quelques tours ont suffit pour qu’il réalise son erreur : « Cette 208 T16 Pikes Peak est une fusée ! Elle a une telle puissance ! Au début, tu t’assommes à chaque changement de rapport. C’est tellement brutal qu’il faut une petite période d’adaptation pour anticiper ses à-coups. Après, heureusement, on s’habitue mais au début, c’est vraiment déroutant ». 

Les premiers tours d’essais au volant de la 208 T16 Pikes Peak n’ont manifestement pas laissé indifférent le pilote français, pourtant rodé aux sensations fortes. « Grâce aux turbos, je n’ai jamais rien conduit qui accélère autant !, renchérit-il. Sur les premiers rapports, une Formule 1 ne délivre jamais tous ses chevaux alors que là, dès que tu es en première : bam, bam, bam… avec les quatre roues motrices et le turbo, ça arrache tout de suite. Je me retrouve en 6e, à 240 km/h en un rien de temps ! » 

Confirmation : avec une accélération de 0 à 100 km/h en 1’’8, la 208 T16 Pikes Peak laisserait la moindre F1 sur place au démarrage. Mais il n’y a pas que l’accélération qui ait marqué l’incroyable champion : « Les freinages sont aussi très impressionnants grâce à l’appui aérodynamique et aux pneus très larges, s’exclame-t-il. En fait, cette 208 est un pur mélange de ce qui se fait de mieux : beaucoup d’aéro comme en F1, des pneus larges comme en proto, un différentiel comme en WRC… » 

Très vite, ce simple galop d’essais s’est transformé pour Sébastien Loeb en une expérience unique et exceptionnelle : « J’ai déjà essayé beaucoup de types de voitures de course mais, là, j’éprouve des sensations vraiment très différentes de tout ce que j’ai connu. Disons qu’en performances d’accélération et de freinage, c’est plus une F1 qu’une voiture de rallye. En comportement aussi : elle a une telle adhérence ! Les quatre roues motrices contribuent bien à la stabiliser… C’est vraiment un proto super efficace qui a un gros potentiel ». Une telle bête de course, bien sûr, demande à être apprivoisée. Pour Sébastien Loeb, pas question de se laisser dominer par un tel fauve, bien au contraire… Avec ses neuf titres de champion du monde de rallyes, il se sent l’âme d’un dompteur à la poigne de fer et à l’expérience sereine : « J’y vais progressivement car la piste n’est pas large et il n’y a pas de dégagement. Je ne sais pas où sont ses limites. Rouler sur circuit sera une étape importante pour savoir vraiment où nous en sommes et pour cerner son potentiel extrême. Après, tout le défi sera de parvenir à ne faire plus qu’un sur la montée de Pikes Peak. Cela demande du travail… ». 

Des essais sur circuit, sur route et en altitude composent les étapes préparatoires de ce projet hors du commun qui stimule au plus haut point le champion du monde des rallyes : « je suis vraiment impatient de me retrouver au volant de cette 208 T16 Pikes Peak sur les routes du Colorado ! ». 


Post navigation


Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *