Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Damien Ruliere

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Peugeot 308 GT 205 ch – Comme une alerte

Note finale :
14 / 20

Titrée entre autres « Voiture de l’année 2014 », et meilleure vente de sa catégorie sur le marché français l’an passée, la Peugeot 308 connaît un beau début de carrière. Mais pour rester au top, la marque doit créer sans cesse l’évènement et rien de tel pour cela que des versions sportives. Alors en attendant une méchante 308 GTi ou 308R (vraisemblablement 270 ch), le lion lance en guise de sommation la version GT forte de 205 ch. Nous en avons pris le volant sur la côte portugaise.

Fiche Technique

Carrosserie compacte
Nombre de portes/places 5 portes / 5 places
Dimensions L/l/h en mm 4253/ 1804/ 1447
Empattement en mm 2620
Volume du coffre en L 420
Poids à vide en kg 1200
Type 4 cylindres turbo
Cylindrée en cm³ 1598
Puissance en ch 205
Couple en Nm 285
Transmission Traction
Boîte manuelle 6 rapports
Vitesse maxi en km/h 235
0 à 100 km/h 7''5
Conso cycle mixte en L/100 km 5,6
Rejets CO2 en g/km 130
Prix (à partir de) 30 450 €
Energie essence
Puissance fiscale en CV 11
Bonus / Malus neutre

Plus de 230 000 exemplaires écoulés en 16 mois de commercialisation, cela valait bien un petit élargissement de la gamme. Peugeot démarre doucement donc avec la variante GT, une 308 épicée mais pas sportive. Une subtilité marketing qui permet de viser une fois de plus la Volkswagen Golf, plus précisément la Golf GTI avec la 308 GT 205 ch essence et la Golf GTD avec la 308 GT 180 ch diesel.
A noter que le lancement de la GT est l’occasion pour Sochaux d’introduire une nouvelle finition sous le label GT Line. Positionnée au sommet de la gamme avec la finition Féline, la GT Line permet de profiter des attributs esthétiques de la GT sur des motorisations plus « raisonnables ».

 De 308 à 308 GT, ce qui change

vue trois-quarts avant peugeot 308GT

Superbe Voiture

 

Pour transformer sa 308 en 308 GT, Peugeot a misé sur quelques éléments visuels comme une nouvelle calandre à lames horizontales, des bas de caisse et jantes 18 pouces spécifiques, un laquage noir des rétroviseurs et enfin un diffuseur arrière intégrant deux sorties d’échappement. La recette est convenue mais l’ensemble est à la fois discret et efficace. On retrouve la même mesure à l’intérieur avec une sellerie aux inserts en alcantara, des surpiqûres rouges ça et là et un pédalier aluminium.

tableau de bord peugeot 308 gt On retrouve l’environnement épuré caractéristique de la 308

C’est finalement sur ce qui ne voit pas que la 308 justifie son appellation GT avec tout d’abord quelques retouches châssis. L’assiette est ainsi abaissée de 7 mm à l’avant et 10 mm à l’arrière, les trains roulants sont raffermis de 20 % à l’avant et 10 % à l’arrière. On notera aussi un freinage renforcé avec des disques de 330 mm à l’avant et 268 mm à l’arrière.
Bien entendu le moteur reste le morceau de choix avec un 4 cylindres turbo délivrant 205 ch et 285 Nm de couple. Répondant aux normes Euro6, il s’agit du 1.6 THP à injection directe et levée variable des soupapes, un bloc bien connu chez Peugeot et notamment sous le capot de la 208 GTi.

vue trois-quarts arrière peugeot 308gt

 

Sur la route, toute en retenue

Le premier contact avec la 308 GT souligne ses bonnes manières. Aux allures légales, la mécanique fait preuve d’une grande souplesse et l’auto évolue en offrant un bon niveau de confort à ses occupants.
Pour réveiller le GT qui semble sommeiller dans la 308, il convient de presser le bouton sport de la console centrale. Cela se traduit par une instrumentation qui vire au rouge, plus de réactivité à l’accélérateur et plus de résistance sur le petit volant, qui au passage est toujours aussi agréable à prendre en main. Autre effet dont on se serait passé, une sonorité rauque amplifiée artificiellement par les haut-parleurs de la voiture. Son niveau sonore élevé est assez gênant à la longue.

Une petite « touche » de folie donc qui tranche avec le caractère policé de cette 308 GT et sa capacité à jongler entre dynamisme et confort. Pourtant la rigueur de son comportement n’a rien à envier à certains modèles qui se déclarent officiellement comme sportifs. Inutile de se cracher dans les mains pour inscrire la voiture en courbe et lui faire tenir sa ligne, le train avant est mordant et les mouvements de caisse sont réduits au strict minimum. Même sur chaussée dégradée, la 308 GT encaisse les plus mauvais traitements avec un équilibre et une adhérence bluffants. Sur la question de l’adhérence, soulignons aussi qu’elle est très bien chaussée (Michelin Pilot Sport3 – 225/40).

action peugeot 308gt

Sur route, la lionne demandera en engagement plus que déraisonnable de son conducteur pour amorcer un sous-virage, et elle n’essaiera même pas de le piéger avec un train arrière sensible au lever de pied en appui.
Tout cela est bien évidemment très rassurant mais manque un peu de folie et fait ressortir la puissance peut-être un peu juste du 1.6 THP. Volontaire, ce moteur brille par une belle disponibilité à mi-régimes – couple maxi disponible sur une large plage de 1750 à 4500 trs/min – mais son entrain à monter dans les tours ne va guère au-delà de 5500 trs/min. On aurait aimé le petit côté rageur du 2.0 TSI 220 de la Golf GTI dont l’agrément reste supérieur.

Dommage car, fait assez rare de nos jours dans la production automobile, la 308 GT profite d’un étagement intelligent de sa boîte à 6 rapports (pas trop long), boîte qui au passage est disponible uniquement avec une commande manuelle. A l’inverse, la version GT diesel ne propose qu’une boîte auto.
Enfin un mot sur les consommations : entre 9 L et 10 L/100 km en conduite soutenue.

dynamique peugeot 308gt 
vue trois-quarts avant peugeot 308GT

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *