Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Damien Ruliere

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Kia Sportage – À maturité

Très (trop) proche du Hyundai Tucson, la seconde génération du Kia Sportage a dû évoluer dans l’ombre de son cousin. Pour cette nouvelle mouture, Kia a de nouvelles ambitions et joue la différenciation aussi bien extérieure qu’intérieure avec le Hyundai ix35. Plus statutaire, plus agressif, le nouveau Sportage compte bien rivaliser avec des pointures type Toyota Rav4 ou même Peugeot 3008.

Dans l’oeil du photographe

On ne peut pas vraiment dire que le Kia Sportage deuxième du nom restera dans les annales du design automobile. Certes, la nouvelle génération n’est pas d’une originalité folle mais l’ensemble ne manque pas d’audace. OEuvre du désormais célèbre Peter Schreyer, le Sportage troisième du nom mise sur l’agressivité avec une face avant de caractère. L’ix35 apparaît du coup très sage à ses côtés. Avec 4,40 m en longueur et 1,85 m en largeur, le Sportage affiche un gabarit respectable et ses épaules larges lui confèrent une allure musclée. Il sera le compagnon idéal pour ceux qui souhaitent se démarquer.

Vie à bord

On ne le répètera jamais assez mais la progression des constructeurs coréens en matière de finition est toujours surprenante. Le nouveau Sportage en est un bel exemple avec une qualité perçue rassurante et des assemblages soignés. L’ambiance reste très sombre, certains plastiques sonnent encore faux et le graphisme de l’instrumentation demeure basique mais l’ensemble est bien exécuté. Au moins, le Sportage ne tente pas de se faire passer pour ce qu’il n’est pas, au contraire d’un ix35 dont les artifices ne sont pas toujours très heureux. Côté accueil, le Sportage sait recevoir avec des assises au soutien satisfaisant et un espace généreux pour quatre adultes. Le coffre affiche quant à lui un volume intéressant de 564 L mais son seuil de chargement un peu haut ne facilite pas le chargement des objets lourds.

Les équipements

Comme à son habitude, Kia n’abuse pas des options et propose trois niveaux de finition (Style, Active, Premium) bien équipés. Le premier offre de série la climatisation manuelle, l’ordinateur de bord, l’autoradio CD MP3 avec prises auxiliaires, le système Bluetooth et le régulateur de vitesse. Pour 2 400 EUR de plus, la seconde version rajoute la climatisation automatique, les radars et la caméra de recul, les capteurs de pluie et de luminosité et les feux de jours à Leds. Enfin, la sellerie cuir et le toit ouvrant sont réservés au haut de gamme contre une rallonge de 2 500 EUR. La navigation reste en option à 1 700 EUR.

Sous le capot

L’offre moteur du nouveau Kia Sportage est certes moins étendue que chez la concurrence mais les puissances sont honorables, 140 ch pour le 1.6 GDi essence, 115 ch pour le 1.7 CRDI diesel et 136 ch pour le 2.0 CRDI. Pour cet essai, nous avons opté pour le moteur coeur de gamme du Sportage à savoir le 2.0 diesel. Peu vigoureux en dessous de 2 000 trs/min, il se réveille par la suite avec des accélérations correctes (11 »3 au 0 à 100 km/h) mais ponctuées d’une sonorité peu agréable et envahissante. Avec 319 Nm de couple, les relances sont satisfaisantes mais la boîte automatique de notre modèle d’essai, trop lente, freine les ardeurs de la mécanique. Malgré son confort d’utilisation, son étagement est trop long et son influence est sensible sur les consommations avec jamais moins de 8,0 L/100 km en notre compagnie.

Sur la route

Confortable mais peu dynamique, l’ancien Sportage n’avait pas laissé un souvenir impérissable aux amateurs de conduite. Le nouveau n’est toujours pas une bête de course mais il gagne nettement en précision et en vivacité. Bien aidé par un poids mesuré pour la catégorie (1,5 tonne), son amortissement atteint le bon compromis entre préservation des passagers et maîtrise du roulis. D’un tempérament sous-vireur, le nouveau Sportage démontre un comportement sécurisant, chose qui peut encore s’améliorer quand on opte pour la transmission intégrale (uniquement 2.0 CRDI). Ajoutons à cela une direction suffisamment précise et informative et le bilan routier du Sportage s’avère plus que convaincant. Petit bémol tout de même pour le freinage qui manque de mordant.


Bilan

Sans prétendre au titre de référence, le nouveau Kia Sportage revient dans la bataille du véhicule de loisirs compact avec brio grâce à un design réussi, un accueil soigné et des prestations routières d’un bon niveau. Sa garantie 7 ans et ses tarifs étudiés, à partir de 20 890 EUR en essence et 23 390 EUR en diesel (comptez 27 790 EUR pour le coeur de gamme 2.0 CRDI Active), ne seront pas de trop face à la concurrence.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *