Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Damien Ruliere

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Citroën DS3 : Délicieusement Sérieuse

Apparue il y a un an sous les traits du concept DS Inside en même temps que le nouveau projet de marque Citroën, la DS3 n’a cessé depuis d’alimenter tous nos fantasmes. De l’intérieur jusqu’au bout des jantes en passant par la carrosserie, tout en elle est soigné et personnalisable à l’envie. Aujourd’hui il est temps de prendre le volant de cette citadine chic et sexy partie à l’assaut de la princesse Mini. Et quoi de mieux que Paris et ses environs pour découvrir celle qui symbolise le renouveau du luxe automobile à la française ?

Dans l’oeil du photographe

Anti-rétro, le mot est lâché ! En effet, malgré son nom qui fait référence à un monument de l’industrie automobile française, la DS3 est résolument tournée vers l’avenir, peut-être pour marquer sa différence avec les stars du moment (Mini et 500) qui surfent sur la vague du revival. Alors même si la DS3 ne présente rien de révolutionnaire en matière de style, il faut saluer l’audace de ses designers car l’ensemble ne manque pas de caractère. Avec sa grosse bouche, ses feux de jour à Led verticaux et ses projecteurs menaçants, la DS3 en impose. Ses hanches larges, son toit flottant et ses arches latérales inachevées peaufinent un style léché jusque dans les moindres détails. Une vraie réussite !

Un vrai programme de personnalisation

Là où d’autres constructeurs se contentent de proposer de simples stickers, Citroën offre la possibilité à ses clients de créer leur propre DS3 avec 38 combinaisons de teinte de caisse/pavillon, 12 modèles de jantes, des inserts chromés… la seule limite étant le mauvais goût. La marque propose également quatre kits d’adhésifs pour personnaliser le toit (400 EUR) : Urban Tribe, Zebra, Onde et Perle qui vont de paire avec les tapis intérieur. L’intérieur justement n’est pas en reste avec la possibilité de mettre de la couleur sur le pommeau, les aérateurs, les poignées de portes et la planche de bord avec un Kit Décor facturé 100 EUR. Et pour ceux qui voudraient modifier le look de leur DS3 en cours de route sachez qu’aucun élément de personnalisation n’est définitif bien qu’il soit garantie sur la durée de vie de la voiture et que Citroën compte proposer régulièrement de nouvelles ambiances un peu à la manière d’une collection de prêt à porter.

La vie à bord

Si le style extérieur s’avère assez spectaculaire, on ne peut pas en dire autant de l’habitacle qui reprend trait pour trait celui de la C3. On aurait aimé des changements plus profonds histoire de jouer davantage la carte de l’exclusivité. Toujours est-il que comme dans la C3 la finition est inédite pour une Citroën, les matériaux sont de belle facture, les assemblages soignés et l’ensemble offre une belle harmonie. On saluera aussi l’effort de style apporté à l’instrumentation et l’excellent maintien des sièges. On regrettera cependant le pare-brise Zénith de la C3 qui aurait fait du bien à la DS3, ses surfaces vitrées réduites limitant la luminosité et la visibilité. Côté espace, avec 3,95 m de long la DS ne fait pas de miracle, les places arrières sont exiguës et leur accès n’est des plus aisés. Pourtant, sur ce point de vue-là la Mini est battue, un constat également valable pour le coffre, d’un volume de 285 L il parvient même à être plus logeable que celui d’un Clubman.

Les équipements

Au lancement, la DS3 présente trois niveaux de finitions : Chic, So chic et Sport Chic. Disponible sur l’entrée de gamme essence VTi 95, la finition Chic offre de série l’ordinateur de bord, le régulateur de vitesse, les vitres et rétroviseurs électriques, les antibrouillards, la radio CD MP3. Pour la climatisation manuelle, le parfumeur d’ambiance, les feux de jour à Led, le pavillon bi-ton et les jantes 16 pouces, il faudra se tourner vers la finition So Chic sur les motorisations milieu de gamme VTi 120 essence et HDI 90 diesel. Enfin, la climatisation automatique, le système audio Hifi, les sièges sport, la sellerie tissu/alcantara et les jantes 17 pouces font partie de la dotation de la finition Sport Chic des THP 150 essence et HDI 110 diesel. Au chapitre des options, on notera la navigation et la sellerie cuir affichées toutes deux à partir de 950 EUR.

Sous le capot

Si toutes les motorisations seront progressivement commercialisées dans le courant de l’année, notamment les diesel HDI 90 et 110, pour cet essai Citroën a privilégié le haut de gamme essence autrement dit le 1.6 THP 150. Peu convaincant sur d’autres modèles du groupe PSA, ce moteur nous a véritablement surpris sur la DS3. Grâce à ses 156 ch et au poids contenu (pour l’époque !) de la DS3, 1 165 kg, ce 4 cylindres turbo élaboré en collaboration avec BMW démontre une belle santé. De plus, ses 240 Nm de couple disponibles dès 1 400 trs/min lui confèrent une disponibilité appréciable et n’obligent pas à jouer sans cesse de la boîte, au demeurant parfaitement étagée. Il convient aussi de complimenter les ingénieurs pour leur travail sur une sonorité rauque qui invite à hausser le ton. Enfin côté performances, la DS3 annonce 214 km/h en vitesse de pointe et 7 »3 au 0 à 100 km/h tout en restant raisonnable sur les consommations : 8,0 L/100 km en moyenne lors de notre essai.

Sur la route

Construite sur la plate-forme de la C3, la DS3 ne partage pourtant pas la même philosophie en ce qui concerne ses prestations routières. Là où une C3 se montre prévenante et soigne le confort, la DS3 dévoile une personnalité plus radicale et privilégie les sensations. Sans être cassant, le tarage plus ferme de ses suspensions est clairement tourné vers l’efficacité. La DS3 est vive, affiche un certain brio dans le sinueux, vire à plat et sa motricité est difficile à prendre en défaut. Le freinage est quant à lui exempt de tout reproche. On regrettera simplement une direction au toucher un peu trop artificiel qui limite les remontées d’informations. Au final, la DS3 s’avère être une base sérieuse pour la future version sportive qui devrait prendre le nom de Racing. Rappelons aussi que la DS3 a été choisie par Citroën pour remplacer la C4 en championnat du monde des rallyes et que notre Sébastien national ne pourra se contenter d’une demi-sportive.

Bilan

Exubérante dans ses lignes, la DS3 n’en est pas moins un produit extrêmement soigné. Le sérieux apporté à sa finition, à son programme de personnalisation et à son duo châssis/moteur parfaitement homogène, ne laisse aucun doute quant à sa réussite commerciale. Nombreuses sont les voitures attachantes, mais rares sont celles qui sont autant abouties. Cerise sur le gâteau, la DS3 affiche des tarifs pour le moins attractifs quand on les compare à ceux de la Mini : à partir de 15 400 EUR en essence et 18 900 EUR en diesel. Comptez 20 000 EUR pour notre modèle d’essai THP 150 Sport Chic.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *