Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Damien Ruliere

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Audi Q3 2.0 TDI 177 ch Stronic – Tout est sous contrôle

Pour ceux qui rêvaient d’un Q7 et qui trouvaient le Q5 encore trop cher, Audi propose désormais d’accéder à sa gamme SUV par le Q3. Plus compact mais tout aussi chic, le petit dernier chasse sur une terre assez vaste, allant du populaire Peugeot 3008 au très distingué Range Rover Evoque. Sans prendre le moindre risque, Audi s’invite donc au bal des crossovers compacts avec des recettes parfaitement maîtrisées. Entrons dans la danse avec la version 2.0 TDI 177 ch Stronic.

Pas facile pour un non-initié de distinguer le Q3 de son grand frère le Q5. Une ressemblance voulue par le constructeur afin d’harmoniser son offre dans la catégorie des tout-chemins et de ne pas faire passer son dernier bébé pour un Q5 au rabais. Toutefois, le Q3 joue davantage le registre du break surélevé que celui du 4×4 avec une garde au sol réduite et une ligne de hayon plus marquée qui n’est pas sans rappeler la petite A1. Long de 4.38 m (4.62 m pour le Q5 ), le Q3 adopte tous les gênes Audi, à savoir la calandre single frame, un regard perçant souligné par des Leds et des lignes fluides sans fioriture. L’exercice paraît au final convenu mais la patte Audi ne manque pas d’élégance et fonctionne bien : les ventes mondiales de la marque ont augmenté de 19,2 % en 2011 (1,3 million d’unités).  


Vie à bord – Une valeur sûre

En ces temps de crise, mieux vaut privilégier les valeurs sûres et dans le domaine de l’accueil Audi en est une. Comme à l’extérieur, le Q3 applique les bonnes vielles méthode maison avec une présentation soignée, des courbes douces et une ergonomie toujours aussi intelligente. On retrouve donc une planche de bord inspiré du Q5, un écran de GPS escamotable façon A1 et un confort d’assisse commun à tous les modèles aux anneaux. Les matériaux employés sont toujours de très bonne facture même si on note, et c’est assez rare pour être souligné, quelques plastiques peu valorisants sur le bas de la console centrale qui rappellent que le Q3 dérive du VW Tiguan.
Côté espace, personne n’est laissé pour compte à bord du Q3 et la différence avec le Q5 n’est pas si évidente malgré un empattement plus court de 20 cm (2,60 m). Seul le coffre s’avère moins logeable, 463 L contre 540 L pour le Q5, mais se classe dans la moyenne du segment. En comparaison, son principal adversaire et référence le BMW X1 oscille entre 360 L et 480 L.


Les équipements – Des habitudes tenaces

Sans surprise, le Q3 reprend la même structure de gamme que les autres modèles Audi avec 4 finitions : Attraction, Ambiente (+ 2 250 euros) et tout en haut Sline (+ 3 150 euros) et Ambition Luxe (+ 4 700 euros). De série, la version de base offre la climatisation manuelle, l’autoradio CD MP3, le régulateur de vitesse, l’ordinateur de bord, les antibrouillards et les jantes 16 pouces. Et comme c’est une Audi, personne ne sera étonné si nous disons que le Q3 fait payer cher ses nombreux extras : comptez par exemple à partir de 1 400 euros pour la navigation, à partir de 660 euros pour la sellerie cuir ou encore à partir de 2 910 euros pour le Pack extérieur off-road.  


 Moteur – Du bon et du moins bon

Pour cet essai nous avons pris le volant de la version haut de gamme diesel, le 2.0 L TDI de 177 ch. Déjà essayé de nombreuses fois, ce moteur se montre toujours aussi alerte avec une grande disponibilité, 380 Nm de couple dès 1 750 trs/min, et des performances plutôt surprenantes : 8’’2 au 0 à 100 km/h et 212 km/h. Sa consommation a également de quoi réjouir avec en moyenne 7.5 L/100 km (5.9 L/100 km annoncés). Certes il déçoit toujours un peu par sa rugosité et son caractère vibrant mais son agrément le place parmi les meilleurs blocs diesel du marché.


Sur le Q3, on le retrouve associé exclusivement à la transmission intégrale quattro et la boîte automatique Stronic 7 rapports qui se dote pour l’occasion d’un mode « roue libre ». En effet, lors des phases de descente la boîte est désaccouplée du moteur de façon à réduire les contraintes et économiser ainsi du carburant. Toujours au sujet de la boîte, on notera parfois des hésitations entre deux rapports occasionnant sur ou sous-régime. Pourtant,  malgré les niveaux de sécurité et d’efficacité offerts par le quattro, le confort et la rapidité d’exécution de la boîte Stronic, on se pose vraiment la question de l’utilité d’un tel déploiement technique compte tenu de l’utilisation majoritairement urbaine de ce type de véhicule. La version d’entrée de gamme 2 roues motrices 2.0 TDI 143 ch (à partir de 29 900 euros) doit donc être envisagée avec la plus grande attention.


Comportement – Evitez de chausser en 18

Construit sur la plate-forme du Tiguan, le Q3 s’inscrit parfaitement dans la tradition de dynamisme des productions Audi. Malgré ses 1 500 kg sur la balance qui le rendent tout de même un peu moins agile qu’un X1 et un tempérament sous-vireur à la limite, le Q3 affiche des prestations routières de haut niveau. Bonne tenue de cap, direction finement calibrée, amortissement homogène, bonne maitrise du roulis, le tableau serait parfait si ces satanées jantes 18 pouces (en option) ne venait pas altérer son niveau de confort. Si esthétiquement elles font l’affaire et remplissent bien les passages de roues, elles occasionnent un sautillement désagréable sur chaussée dégradée et limitent inutilement la réactivité du train avant. Économisez donc quelques euros et optez plutôt pour l’excellent système d’aide au stationnement automatique Park Assist.

Nous ne prenons pas trop de risques en prédisant un avenir radieux au Q3 qui encore une fois prouve la maturité d’Audi en matière de qualité de fabrication, de développement châssis et moteur. Audi n’a pas non plus pris de risques en respectant à la lettre ses classiques. On aurait aimé malgré tout un peu plus d’audace même si cette dernière n’est pas toujours payante. En parlant d’argent justement, le Q3 n’est pas à la portée de toutes les bourses comme on pouvait s’en douter : le ticket d’entrée est fixé 37 000 euros pour notre modèle d’essai mais peut atteindre près de 44 000 euros dans sa finition la plus haute. 

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *