Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Damien Ruliere

Dakar 2015 (étapes 6 & 7) : Un long week-end bolivien

Le Dakar 2015 semble bien parti pour être un des plus relevés de la décennie. Pour la première fois depuis 2005 (encore en Afrique), les pilotes se sont affrontés dans une épreuve marathon entre Iquique (Chili) et Uyuni (Bolivie). C’est la Toyota du saoudien Yazeed Al-Rahji qui a remporté cette épreuve. Un succès qui met fin à la suprématie des Mini, encore vainqueur vendredi grâce à l’argentin Orlando Terranova. Sur deux-roues, la septième étape de samedi a été enlevée par le portugais Paulo Gonçalves (Honda).

 

La Bolivie, le magnifique salar d’Uyuni, la pluie et le vent glacial, le Dakar 2015 ne pouvait pas mieux offrir pour cette édition. Après le soleil chilien, c’est dans un tout autre contexte que les voitures ont pris le départ ce samedi dans une étape marathon.
Après la troisième victoire en spéciale pour l’argentin Orlando Terranova, la sixième pour Mini dans ce Dakar, Toyota s’est procuré sa première victoire. En effet, le saoudien Al-Rahji distance les deux Mini de Terranova (1’12) et du leader Nasser Al-Attiyah (2’36). Ce dernier compte encore 8’14 d’avance sur son dauphin, le Sud-Africain Giniel De Villiers qui court toujours après sa première victoire cette année. Longue de 806 km, dont 510 chronométrés, cette étape confirme que la victoire finale se jouera entre un trio de tête (Al-Attiyah/De Villiers/Al-Rahji) qui se tient en moins de 20 minutes et qui relègue la Mini du polonais Krzysztof Holowczyc, quatrième, à près de 55 minutes.
Suite à l’abandon de Carlos Sainz (accident), c’est le buggy de Stéphane Peterhansel qui prend la tête de l’écurie Peugeot, seule 2008 dans le Top 10. En terminant septième à 3’42, le pilote français a dit au revoir à la victoire finale puisqu’il compte plus d’1 h 50 min de retard sur le leader au général. Cyril Despres finit de son coté à la 25e place.
Autre clin d’œil à l’histoire du Dakar, en plus de la nuit sans assistance, les pilotes auto se sont livrés à un départ en ligne sur le désert salé bolivien. Une belle image qui confirme une fois de plus que l’épreuve n’a pas perdu son intérêt, ni son âme depuis sa présence en Amérique du Sud. Et sportivement, quel exploit ! A noter que ce lundi la caravane auto observe une journée de repos bien méritée.

Coma peut remercier le guidon de Barrreda

Après une journée de repos samedi, les motos ont repris le chemin des pistes bolivienne. A Uyuni, c’est le portugais Paulo Gonçalves qui s'est présenté en premier sur sa Honda. Il conclut avec 14 secondes d’avance sur le tenant du titre Marc Coma et 30 secondes devant l’autrichien Matthias Walkner, deux pilotes KTM. Une journée qui ne restera pas dans les mémoires chez Honda, puisque son leader Joan Barreda a cassé son guidon et a fini la spéciale à une main.
Un coup du sort qui lui coute près de six minutes au général et qui tombe le jour de l'étape marathon où les assistances sont restées à Iquique. Le pilote Honda va devoir récupérer le guidon d'un équipier pour défendre normalement ses chances lundi lors de la 8e étape.


On note que les français Alain Duclos (Sherco) et et David Casteu (KTM) terminent respectivement aux à la 7ème et 15e place. L’Espagnole Laia Sanz, première femme du peloton et 21e de la dernière étape, figure à la 14e place au classement général. Elle se rapproche petit à petit du Top 10.

 

photo: dakar.com


Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *